Un mois après en Bolivie

Publié le par Delph et Svin

Pour débuter, une photo sur le salar d'Uyuni que nous n'avions pas pu mettre dans le dernier article.

Il y a 15 jours, nous quittions Sucre (ville qui tient son nom d'un général et non du sucre qui se dit azucar en espagnol) en avion pour nous rendre à Santa Cruz, la plus grande ville du pays. Une fois de plus, nous avons pris l'avion car en 35 minutes nous étions arrivés - contre 17h bus -.

Santa Cruz est une ville beaucoup plus moderne que celles que nous avions rencontrées jusqu'à présent. Elle se situe en bordure de la forêt tropicale donc il y faisait très chaud. Nous y avons passé deux jours en compagnie d'Edgar un jeune étudiant et chauffeur de taxi qui nous a fait découvrir sa ville. Avec lui, nous avons pu échanger sur la Bolivie et les boliviens car c'était le premier et le seul bolivien chez qui nous avons dormi. Nous avons rencontré également une amie à lui avec qui nous avons partagé un verre devant la piscine de son immeuble. Autre belle rencontre ce jour là, celle de Julen - un franco espagnol multilinguiste - avec qui nous voyageons depuis maintenant 2 semaines.

Si nous nous sommes rendus à Santa Cruz, c'était dans le but d'aller à Samaipata à deux heures et demi de là. Dans ce coin perdu entre montagne et forêt, nous y avons rencontré et retrouvé beaucoup de français. Beaucoup de gens viennent ici pour plusieurs semaines pour s'y reposer et faire de belles rencontres. L'ambiance y est donc très décontractée - un peu hippie -. Nous, on est venu dans ce village pour découvrir son fort. En réalité, il s'agit plus d'un gros bloque de roche mystique taillé et sculpté. Il a servi de sanctuaire à plusieurs peuples de la région avant l'arrivée des espagnols qui l'ont transformé en fort. Beaucoup de mystères restent inexpliqués à propos de ce lieu qui domine les montagnes verdâtres de la région. Autre endroit vraiment sympathique des environs, "las cuevas", trois belles cascades qui se succèdent le long d'un sentier. Toujours aussi agréable de se baigner au cœur d'un endroit si charmant (comme un air de Brésil).

Après trois jours dans ce coin tranquil, nous sommes repassés chez Edgar puis nous avons pris le bus - 11h de route - en direction de Cochabamba. Là bas, nous avons fait une petite randonnée en compagnie de Camilo que Julen a rencontré via la page couchsurfing. Delphine en a profité pour se baigner dans la rivière. Pour ma part, j'ai vécu plusieurs jours compliqués car la nourriture bolivenne m'a apporté la tourista.

Cochabamba n'est pas une ville très attractive mais un passage obligé pour ce rentre à Torotoro où se situe le parc national du même nom. Pour s'y rendre, il nous a fallu prendre un bus de nuit. Sacrée expérience, puisque ce bus est très prisé des habitants du village qui font l'aller-retour dans la journée pour faire le plein de provisions. Les soutes du bus étaient donc pleines à craquer et nous avons voyagé avec nos sacs à coté de nous. Le bus était bondé avec des gens assis par terre. Nous étions les seules touristes dans ce voyage très long entre odeur de vomis et piste caillouteuse. Bref, heureux d'arriver à 1h du matin et de se coucher dans l'hôtel le plus proche.

Le lendemain, nous partions à la découverte de la région avec Julen, Célia une autre française, Gil un israélien ainsi qu'Indra et Anais deux belges flamandes - un sacré mélange de langues et de cultures une fois de plus -. Notre première journée a commencé par la découverte d'empreintes de dinosaures puis, nous nous sommes rendus au sommet du canyon de Torotoro. Nous avons contemplé ce magnifique paysage du haut et nous sommes descendus dans le cœur de ce canyon où coule une rivière et plusieurs cascades. Une fois de plus, nous n'avons pas pu résister à l'envie de se baigner dans ce décor de rêve.

Le second jour, avec les mêmes personnes et le même guide que la veille, nous avons continué la visite du parc avec la découverte de cavités. Les habitants ont donné à ces lieux naturels aux formes amusantes un pouvoir divin. L'après-midi, au programme, c'était découverte d'une grotte. En réalité il s'agissait de deux heures de spéléologie jusqu'à 100m sous la terre. Il ne fallait mieux pas être claustrophobe. D'autant plus que notre guide s'est amusé à nous faire passer par des endroits très étroits où nous devions ramper allongés dans le sable. Une sacrée expérience une fois de plus. Après ces 2 jours de visites, nous pouvions dire que les 7h de route en valaient vraiment la peine. Pour le retour à Cochabamba, nous avons pris un minibus beaucoup plus confortable et rapide mais dont nous ignorions l'existence à l'aller.

Depuis Cochabamba, nous avons rejoint la capitale diplomatique du pays à savoir La Paz. Ville située à 3800m d'altitude au cœur des montagnes. La vue sur la ville depuis les montagnes est très impressionnante. Dans les environs de la Paz, nous sommes allés à la vallée de la lune (3ème lieu du même nom - mais aux formes différentes - que nous découvrons après la vallée de la lune dans le nord de l'Argentine et celle dans le nord du Chili), qui est une étendue de formations géologiques coniques et blanchâtres. A 2h de la ville, nous avons également découvert le site de Tiwanaku. Les tiwanakus formaient un peuple qui a occupé la région durant plus d'un millénaire. Ils ont laissé derrière eux un site archéologique - dont il ne reste que des ruines - constitué de temples, pyramides, statues... Encore un exemple qui démontre que le continent détient une histoire riche qui n'a pas seulement débuté avec l'arrivée des colons.

La Paz étant entourée de montagnes, nous étions obligés de partir à l’assaut d'un de ses sommets. Nous avons choisi, l’ascension du plus célèbre, celui du Huayna Potosi qui culmine à 6088m. Toujours en compagnie de Julen puis de Renaud et Aurélien - deux autres français dans nos âges -, nous partions donc à l'aventure. Le premier jour, nous nous sommes rendus à 4700m où nous avons appris à utiliser les crampons et les piolets nécessaires pour progresser sur la neige et la glace. Le second jour, nous avons rejoint un second refuge à 5100m pour continuer notre acclimatation car comme vous le savez sans doute, à cette altitude, peut surgir le mal des montagnes qui peut provoquer des difficultés respiratoires, mal de tête, maux de ventre... Il faut donc s'habituer petit à petit à l'altitude. Jusqu'ici nous n'avions rencontré aucunes difficultés. Le troisième jour, à une heure du matin, nous partions donc pour effectuer les 1000m restants (les plus difficiles). Équipés pour gravir le froid et avancer dans la nuit, nous étions sur-motivés à l'idée de franchir cette magnifique montagne que nous observions depuis deux jours. Malheureusement, les guides qui nous accompagnaient n'étaient pas très professionnels. Durant les trois jours, nous avons constaté qu'ils s'inquiétaient plus pour leur matériel que pour nous et que la passion avait laissé place au besoin de gagner sa vie. Nous sommes donc partis sur un rythme rapide - imposé par les guides - ce qui n'a pas réussi à Delphine qui a rencontré des difficultés pour respirer dès les cents premiers mètres. A 5200m, nous commencions à avancer dans la neige par cordée (par binôme). Ne voulant pas laisser Delphine seule avec un guide pas très sympathique, j'ai décidé de l'accompagner afin d'aller le plus loin possible. Après 600m de marche avec de grandes difficultés à respirer (soit 3h de marche car à cette altitude et par ce dénivelé rien n'est facile), Delphine ne pouvait plus continuer. Il nous fallait donc arrêter ici. Tristes de ne pas avoir atteint notre but mais heureux d'avoir découvert l'alpinisme et d'avoir pu marcher dans ce décor de rêve éclairé par les étoiles et la lune. Nous sommes tout de même en colère contre nos guides puisque dans les autres groupes, la totalité des participants est arrivée au sommet contre seulement deux sur 5 dans le nôtre.

Après deux jours de repos à la Paz, nous partons aujourd'hui pour le célèbre lac Titicaca. Nous y resterons 3 jours avant de quitter la Bolivie pour le Pérou et le mythique Machu Picchu.

Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Un mois après en Bolivie
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mado 25/05/2016 21:49

Les paysages sont magnifiques ; tu nous fait voyager .
Bonne route à vous deux